Budget équilibré et poursuite du développement des services

02 décembre 2020

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) a présenté aujourd’hui son budget de fonctionnement pour l’année 2021. Conscient que les besoins en déplacements de la clientèle ont évolué, le RTC entend concentrer ses efforts à rebâtir l’achalandage perdu en s’appuyant sur trois grands principes : le maintien du sentiment de sécurité de la clientèle envers le transport en commun, la poursuite du développement des services et l’accélération de projets liés à la mobilité intégrée.

Le déploiement du Plan stratégique 2018-2027 se poursuivra, notamment en vue de l’arrivée du réseau structurant de transport en commun. Parmi les priorités pour l’année 2021, on retrouve :

  • la bonification des services dans le secteur de Beauport;
  • la phase 2 du parcours 807; 
  • la poursuite du déploiement des Parc-O-Bus;
  • le déploiement du service àVélo;
  • le transport à la demande;
  • le service d’accompagnement en mobilité intégrée.

« Les défis ont été nombreux depuis le 13 mars en raison principalement de la force avec laquelle la crise sanitaire a frappé. Grâce à la contribution exceptionnelle du gouvernement du Québec, que je remercie, et au soutien indéfectible de l’agglomération de Québec envers le transport en commun, nous avons été en mesure de boucler l’année 2020 sans déficit et de présenter un budget équilibré pour l’année 2021, a mentionné M. Rémy Normand, président du RTC. Au début de 2020, nous étions dans une position enviable et prévoyions une hausse d’achalandage pour la quatrième année consécutive grâce aux investissements dans les services et à la révision du réseau. Ces contributions de nos partenaires, conjuguées avec la gestion financière diligente des équipes du RTC, aident à envisager l’avenir de façon positive et proactive en plaçant les nouveaux besoins en déplacements au cœur de nos décisions. »

Un budget équilibré pour 2021
Équilibré à 241,3 M$ et en hausse de 2,8 M$ (1,2 %) comparativement au budget de l’année 2020, l’exercice budgétaire tient compte des impacts prévisibles de la pandémie, propose certaines hypothèses de travail et inclut le soutien du gouvernement du Québec dans le cadre du Programme d’aide d’urgence au transport collectif des personnes (PAUTCP). De plus, le programme d’immobilisation prévoit des investissements de 978 M$ sur une période de 10 ans, répartis de la façon suivante :

  • Matériel roulant :        572 M$
  • Infrastructures :          311 M$  (3e centre d’exploitation, réfection du centre Lebourgneuf, agrandissement du centre Métrobus)
  • Systèmes :                   95 M$

Impacts de la pandémie sur le budget 2020
Alors qu’à la fin de février l’achalandage affichait une hausse de 9,2 % comparativement à la même période de l’année précédente, c’est plutôt une diminution de 80 % qui a été observée en avril à la suite de la déclaration, le 13 mars 2020, de l’état d’urgence sanitaire par le gouvernement du Québec. 

Évidemment, cette déclaration ainsi que la diminution drastique de l’achalandage a eu des répercussions importantes sur le budget, en plus de générer des dépenses supplémentaires pour assurer la protection de la clientèle et des employés.

Le tableau suivant présente le bilan projeté pour l’année 2020 des impacts financiers découlant de la pandémie :

Revenus des utilisateurs (33,4 M$)
Subvention à l’exploitation (6,6 M$)
Revenus autonomes (2,2 M$)
Dépenses supplémentaires (2,4 M$)
Total  (44,6 M$)
Efforts de gestion financière  15,2 M$
Autres économies 2,3 M$
Surplus (déficit) (27,1 M$)

Le gouvernement du Québec a reconnu les impacts financiers importants de la pandémie sur les sociétés de transport et apporte son soutien avec la mise sur pied du PAUTCP. L’aide financière reçue et à venir en vertu de ce programme couvre la période du 1er avril 2020 au 31 décembre 2022 et vise à compenser les pertes de revenus de même que les dépenses supplémentaires découlant de la pandémie.

« Je m’en voudrais de ne pas souligner la contribution exceptionnelle de notre clientèle, a conclu M. Normand. Nous avions à mettre en place toute une série de mesures contraignantes pour les déplacements en transport en commun et notre clientèle a adopté, dès les premières restrictions, des comportements exemplaires à cet égard. C’est ce qui fait que présentement, le transport en commun est l’un des endroits les plus sécuritaires où circuler. Merci donc à nos clients pour ces résultats. »